#lejouretlanuit

Ce nouveau projet d’édition s’accompagne d’expositions faisant lien
entre le regard du photographe et les poésies de Guillaume Apollinaire, Calligrammes, Poèmes de la paix et de la guerre (1913-1918).
Inspirée par les effets de lecture simultanés dans les calligrammes et
dans les photographies, chaque exposition au nom d’un extrait d’un calligramme d’Apollinaire a été aussi une économie de choix dans les œuvres montrées.

C’est justement ce que les calligrammes offrent astucieusement en matière de lecture d’images et de mots ce que la photographie exploite depuis ses débuts. Cette difference de lecture de la poésie rompt avec la linéarité et offre une nouvelle stratégie de lecture. Les deux plans
texte/visuel dans les calligrammes côtoient les plans visuel/lecture
de la photographie et sont perçus d’une manière simultanée.

“ …d’abord on voit un dessin, comme un tableau, puis il faut le lire” (https://www.guillaume-apollinaire.fr/).  De même la photographie offre à l’observateur un parcours de lecture similaire. D’abord on voit l’image et ensuite on la lit. Les ciels sont noirs, tumultueux, le choix du cadrage intuitif,
le regard personnel multiplié par ces dynamiques qui régissent la prise de vue apporte sa force à l’image.

Projet : Chapitres

Extraits des Calligrammes — Poèmes de la paix et de la guerre (1913 – 1918)
1. Ondes — Paysage — Voici la maison ou naissent les étoiles et le divinités
2. Ondes — Lettre-Océan
3. Etendards— Salut Monde
4. Case d’armons — Madeleine — Photographie tant attendue

à propos du photographe :
Jérôme Imbert, photographe français et Aixois

Les photographies argentiques noir et blanc des archives de Jérôme Imbert, dès les années 70, donnent à voir ses sensibilités et racines dans la créativité dont il est issu.

Sa photographie est influencée par le regard et l’ambiance d’une
famille d’artistes, son père, artiste-peintre et professeur des
Beaux Arts d’Aix en Provence et sa mère artiste-peintre.

Son père a mis son Leica entre ses mains lors de leurs vacances dans les Alpes de Haute Provence dans le château de Taillasse, lieu de ses débuts en photographie.

Sa photographie suit les evolutions techniques des récentes
années avec l’arrivée du numérique.

Voici-ci dessous un aperçu des quatre expositions de la plus ancienne á la plus récente….

Madeleine et Photographie tant attendue

#lejouretlanuit n°4

Photographie tant attendue

Photographie tant attendue extrait du calligramme Madeleine

Cette exposition, dans le contexte du Festival de photo de la Fontaine Obscure, Phot’aix 2016

« Mais comme j’attends avec impatience, une impatience qui touche à la déraison ces photographies dont vous me parlez. L’eau m’en vient à la bouche…» 25 mai 1915 Lettres à Madeleine, Apollinaire

Plus….

 

#lejour&lanuit

#lejouretlanuit n°3

Salut Monde

La 3ème exposition du projet #lejouretlanuit

Exposition de photographies noir & blanc issues des déambulations citadines au cours de ses années où les guerres se succèdent. Les images des villes du monde visitées par le photographe évoquent transformations, migrations, rencontres.  Plus …

 

 

Lettre Ocean

#lejouretlanuit n°2

Lettre Océan

La deuxième exposition du projet #lejouretlanuit est issue des périples sur les océans Atlantique, Pacifique et la Méditerranée.

Je vous envoie ces informations via mon ip 250.18.64.82.
Jerome Imbert, 7 rue Jacques de la Roque-Aix en Provence-France-adresse postale-06 76 91 05 90-Opérateur Orange, sms, coût d’un appel-tarif en vigueur. Tout est calme ici et nous sommes dans l’attente des événements.

Apollinaire place la recherche poétique entre Ordre et Aventure.

Plus…

 

Apollinaire

VOICI LA MAISON OÙ NAISSENT LES ÉTOILES ET LES DIVINITÉS

#lejouretlanuit n°1

La première exposition noir et blanc des photographies de Jérôme Imbert est issue d’un premier travail réalisé en 1980 lors d’un voyage au Maroc.

Trois amis partent à l’aventure.  Appareil photo et 4L sont les accessoires.

Dans ces photos noir et blancs de Maroc, on cherche une signe, une gloire, une trace humaine. Est ce que ces paysages sont porteurs de sens?

Plus…